Retour à l'accueil  |  Retour à la rubrique

Une curieuse anagramme

Albert Einstein fut sans aucun doute l’un des plus grands scientifiques, ayant plusieurs fois révolutionné véritablement l’édifice scientifique que constitue la physique.

Albert Einstein
Albert Einstein (1879–1955), physicien d’origine allemande

Tout d’abord, on pourra remarquer son entrée triomphale dans le monde scientifique avec trois articles qu’il publia en 1905 dans la revue Annalen der Physik ; dans le premier, Einstein affirma l’existence des atomes, en montrant que la trajectoire brownienne d’une particule de pollen flottant sur l’eau résultait des collisions qu’elle connaissait avec des particules microscopiques, les atomes ; dans le deuxième, le physicien exposa la théorie de la relativité restreinte, théorie qui, à partir du postulat de la constance de la vitesse de la lumière dans tous les référentiels dits galiléens, modifiait les lois de la mécanique à des vitesses proches de celle de la lumière ; et enfin dans le troisième, le scientifique s’annonça comme l’un des pères d’une nouvelle physique naissante, que l’on appelle désormais communément mécanique quantique, en introduisant la quantification de la lumière par l’explication de l’effet photoélectrique, ou autrement dit, introduisait un comportement corpusculaire à la lumière, tandis que son aspect ondulatoire était totalement admis par l’ensemble de la communauté scientifique d’alors.

Ces trois articles furent tellement importants pour le développement de la physique, qu’il reçut le prix Nobel de physique en 1921 pour son article sur l’effet photoélectrique, et que nous nommons aujourd’hui l’année 1905 l’annus mirabilis d’Einstein [1].

Pourtant, Albert Einstein ne s’arrêta pas là, et on pourra mentionner qu’il continua à jouer un rôle primordial dans le développement de la mécanique quantique, en ayant introduit l’aspect probabiliste de la théorie quantique (bien qu’il le reniera à tort par la suite avec son fameux : "Dieux ne joue pas aux dés") et en ayant senti le caractère profond du comportement à la fois ondulatoire et corpusculaire de la lumière ; mais il nous faut également mentionner sa théorie, non moins révolutionnaire, de la relativité générale, qu’il publia à la fin de l’année 1915, où Einstein réinterprète totalement la gravitation, en tant que, non une force à l’instar de la théorie gravitationnelle de Newton, mais une déformation de l’espace-temps.

Inutile d’en dire plus, vous aurez compris que Einstein aura bouleversé plus d’une théorie, alors qu’elles paraissaient parfois solides. Il est alors curieux que, dans le nom Albert Einstein, réside l’anagramme de "rien n’est établi" [2]…


Article écrit et proposé par Anthony Genevois

[1] "Annus mirabilis" (année merveilleuse) est une expression latine utilisée par la communauté scientifique pour désigner une année exceptionnelle pour la science. Cette expression avait été utilisée une première fois pour qualifier la période 1665/1666, où Isaac Newton découvrit entre autres la loi de la gravitation universelle, plusieurs lois d’optique, et les trois lois du mouvement qui portent aujourd’hui son nom.

[2] D’après "Le Pékinois, petit dictionnaire anagrammatique des célébrités", Jacques Perry-Salkow, Seuil 2007





À propos  |  Contact  |  Copyright |  Plan du site

© 2017 JeSuisCultivé.com. Contenu déposé chez Copyrightfrance.com et chez Copyrightdepot.com. Droits protégés par contrat Creative Commons.