Retour à l'accueil  |  Retour à la rubrique

Le diable et le bâillement

Contrairement aux idées reçues, mettre la main devant la bouche quand on bâille n’était à l’origine ni une mesure d’hygiène, ni une marque de politesse. C’était par peur que le diable n’entre par la bouche.

En Europe, les gens faisaient parfois un signe de croix quand ils bâillaient : "les femmes espagnoles, lorsqu’elles bâillent, ne manquent pas de se signer quatre fois la bouche avec le pouce, de peur que le diable n’y entre" (Dictionnaire infernal, Jacques-Albin-Simon Collin de Plancy, 1818).

Illustration du 16e siècle représentant un exorcisme
Illustration du 16e siècle où l’on voit les mauvais esprits s’échapper par la bouche d’une femme exorcisée par un saint

Dans les pays musulmans, le bâillement était aussi interprété comme un signe du diable. Certains disciples de Mahomet lui ont attribué cette opinion. Ainsi, d’après Abu Huraira, le Prophète a dit : "Le bâillement est provoqué par Satan. Quand l’un d’entre vous commence à bâiller qu’il s’efforce de l’étouffer. Si l’un d’entre vous dit : haa ! Satan en rit".

En Inde, on pensait que les esprits pouvaient entrer par la bouche, et il était recommandé de prononcer le nom d’un dieu, ce qui effrayait le mauvais esprit : "après avoir éternué, un Indien ne manque jamais de s’écrier , Rama ! Rama ! Nul doute que cette exclamation pieuse se rattache à quelque préjugé superstitieux. C’est aussi pour écarter les démons et les géans, qu’un brahme qui bâille fait claquer ses doigts à droite et à gauche" (Moeurs, institutions et cérémonies des peuples de l’Inde, Jean Antoine Dubois, 1825).





À propos  |  Contact  |  Copyright |  Plan du site

© 2017 JeSuisCultivé.com. Contenu déposé chez Copyrightfrance.com et chez Copyrightdepot.com. Droits protégés par contrat Creative Commons.